Article JURISVIN

Bail rural et impôt foncier à la charge du preneur

Source : JURISVIN
Diffusion : MON VITI
Date de parution : Avril 2015

Dans le cadre d'un bail rural viticole, peut-on mettre la totalité de l'impôt foncier à la charge du preneur ?

 

Le législateur a prévu que les dépenses afférentes aux voies communales et aux chemins ruraux sont supportées par le preneur. A cet effet, il est mis à sa charge une fraction du montant global de la taxe foncière sur les propriétés bâties et de la taxe foncière sur les propriétés non bâties portant sur les biens pris à bail. A défaut d'accord amiable entre les parties, cette fraction est fixée à un cinquième (art. L.415-3 du Code rural).

 

Ainsi, les parties peuvent s'entendre pour décider que le preneur devra payer une fraction de l'impôt foncier supérieure au cinquième prévu par la loi. Néanmoins, il n'est pas clairement dit que le bail puisse prévoir de mettre la totalité de l'impôt à la charge du fermier. En effet, l'article stipule qu'il doit s'agir d'une fraction du montant global (1/5eme, 1/4 ou encore 1/3…) mais pas de la totalité de l'impôt foncier. A priori, on peut donc estimer que le preneur puisse par la suite demander l'annulation de cette clause comme étant abusive.

 

Plusieurs décisions de justice ont en ce sens invalidé la clause du bail mettant en totalité l'impôt foncier à la charge du preneur et ont permis à ce dernier d'obtenir le remboursement des sommes indûment versées au propriétaire (CA Amiens, 23 mars 1977 – T. par. baux rur. Niort, 15 déc. 1983). Néanmoins, il faut préciser que cette décision n'a été prise que par les juges du fond et pas pas la cour de cassation, ce qui en réduire sa portée.

MOTS CLES : Bail rural viticole, taxes foncières, quote-part, charge du preneur
THEMES : Bail rural et impôt foncier à la charge du preneur
 
En savoir plus
Liens utiles